• 14/01/2012 - the Graham Norton Show

    retranscription en français et de façon personnelle l'émission du 14 janvier dernier, diffusée sur la B.B.C. One

     

     

    L'émission débute avec un public en délire, l'animateur très gai, très à l'aise dans son rôle, introduit si j'ose dire, son invitée d'honneur Madonna, à l'aide de petites photos incrustées et de phrases humoristiques pleines d'ironie dont l'assistance raffole mais que de blabla, place à l'entrée sur le plateau (très intimiste l'entrée je dois dire) de Madonna qui a du mal à monter les deux marches qui la sépare du canapé rouge -inconfortable- moins dû à son grand âge qu'à ses hauts talons, et qu'une fois assise bouge de droite à gauche trouvant vraiment ce canapé inconfortable, et c'est parti ! Je dois vous prévenir qu'avec mes connaissances basique en anglais, l'interprêtation sera vague mais néanmoins personnelle.

    En gros, l'animateur visiblement fan de la chanteuse la félicite, la complimente sur sa carrière et son travail. Madonna très réceptive plaisante, fait de l'humour et crée l'échange avec le public tout acquis à sa cause. L'entretien débute autour du fait d'être sur scène, préparer un show, tenir deux heures à danser et performer devant un public en folie, Madonna évoque son plaisir toujours intact à écrire des chansons et à les faire vivre sur scène, que le plus important reste sa connexion avec son public et qu'aucun mot n'est assez fort pour décrire ce qui la transcende.

    Rapidement l'animateur revient sur la polémique autour du leak d'une des chansons de l'album, Madonna regrette qu'une personne (le fan espagnol) ait eu à faire cela « mes vrais fans n'auraient pas fait çà ! » et est soulagée qu'il soit actuellement en prison. Graham lançe une vanne à la Jean-Pierre Foucault « mais non il est dans le public » haha que c'est drôle ! Lorsqu'on lui demande si l'album a un nom, elle dit que oui sous les hourras expressifs du public déchainé qui aussitôt lançent des hypothétiques noms d'albums qui ont alimenté le web durant ces dernières semaines, Madonna marque un temps d'hésitation avant de répondre « M.D.N.A. » et le scoop de remporter aussitôt l'adhésion totale de l'auditoire.

    La madone avoue prendre le temps de sortir, avoir des ami(e)s, parle de sa filles Lourdes 14 ans.... « Ooh wait a minute, she's 15 My God ! » gros moment de bétisier télévisuel où Madonna se trompe avec l'âge de sa fille et fou rire dans la salle, ils évoquent la ligne de vêtements Material Girl et comment concilier la vie de star avec celle d'une mère de 4 enfants, ce à quoi Madonna répond qu'en ce concerne sa relation très spéciale avec sa fille, elle lui a toujours expliqué vouloir séparer le professionnel du personnel, que les moments les plus controversés de sa carrière ont leur place car ils ont étés menés via un message artistique spécifique dans un certain contexte.

    On en vient enfin au film tant attendu sur nos écrans, W.E. Qui remportera à coup sûr l'adhésion du public ou en tout cas de son public car sachant très bien vendre son produit, Madonna raconte l'histoire d'amour entre Edouard et Wallis ajouté à la transposition d'un amour impossible au XXe siècle entre deux êtres que tout sépare, à coups d'exemples de la vie quotidienne d'un foyer anglo-saxon contemporain tel que nous le connaissons, en prenant les « ladies and gentlemans » du public à témoin, qui évidemment hurlent des « yeaah » à tout-va, Madonna met en abîme le public actuel de jeunes gens actifs avec ceux interprêtés dans W.E. et sait d'ores et déjà qu'elle peut compter sur la fidélité de ses fans pour que le les salles obscures soient bondées.

    Graham lui présente ensuite un couple de fans dans le public et leur collection de poupées issues d'une période la carrière de Madonna parmi lesquelles « vogue version girlie show » ; « music » ; « express yourself version BAT »... Elle pourra même garder en cadeau l'une d'elle.

    Lorsqu'on lui pose la question concernant Lady Gaga, elle répond sereinement avoir été impressionnée, qu'elle la trouvait talentueuse, beaucoup d'humour et d'ironie dans son travail et qu'elle l'aimait beaucoup.

    Pour la dernière partie de la rencontre, viennent s'ajouter comme invités sur le canapé, le couple héros de W.E. à savoir Andrea Riseborough et James d'Arcy (vachement amaigri my god !!) entre deux politesses, le présentateur demande comment Madonna a contacté le jeune homme « chatroulette » scande-t-il ? Sur quoi Madonna répond naïvement « Chatroulette c'est quoi ? » (rires)

    Petit jeu de rôle, Graham donne des répliques aux jeunes acteurs, Andrea jouant le rôle de Madonna et James celui d'un intervieweur dont j'ai zappé le nom mais peu importe, cette première joue une Madonna plus vraie que nature avec les mêmes tics de diva égocentrique, la vraie Madonna assise juste à côté impuissante, fait tantôt la grimace « c'est pas moi çà » tantôt explose de rire, se tordant d'avant en arrière sur ce fichu canapé rouge, à s'en décoiffer le plus parfait brusching.

    Pause musicale avec Emeli Sande qui rejoindra les autres à la fin de son interprêtation pour une très courte interview. Suite à quoi deux fans assis dans un fauteuil improbable, depuis les coulisses, clôtureront l'émission avec une anecdote d'adolescent pour le premier et une poésie assez naze pour le second qui d'ailleurs se verra « éjecté » du fauteuil par Madonna herself ! Elle prend plaisir à le faire en plus la vilaine.

     

    Bref ! Une émission tout à la cause de la madone en très grande forme je dois dire, féminine, gracieuse et drôle, piquante parfois. De l'interview, des anecdotes, de la variété et le scoop à retenir, le nom du nouvel album : M.D.N.A.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :