• BREVES#14

    BREVES#14

     

    violence VS violence :

    Finalement on en revient toujours au même problème ; la violence comme moyen d'oppresser les minorités, faire taire les récalcitrants, blâmer ceux qui revendiquent leur liberté ; gays, femmes, noirs... Tous subissent et ont subit la violence, parce qu'ils sont différents. C'est la violence à travers les revendications politiques et associatifs que Madonna a voulu pointer du doigt, et sans doute qu'elle parviendra mieux à faire passer le message autrement qu'en attaquant directement Trump et son gouvernement qu'elle ne l'a fait à l'époque d'American Life avec Bush Jr. dans les vidéos et la paroles de « i rise », « god control » et « dark ballet ». Les deux premières évoquent le sujet du terrorisme et l'utilisation des armes à feu ; alors que le troisième est un hommage à Jeanne d'Arc, soldat et martyr qui fut punie par la justice de son époque qui nous paraissent aujourd'hui totalement absurde et profondément injuste. Si de son temps, on condamna sur le bûcher les hérétiques, les hystériques et les sorcières, aujourd'hui on tente de soigner les uns et de comprendre les autres ; parce que la liberté d'opinion est la première des libertés, et qu'aujourd'hui quelqu'un qui dit entendre des voix, on va d'abord s'assurer qu'il ne constitue pas un danger pour lui-même ou pour les autres, et ensuite il va créer le buzz sur les plateformes pendant un temps, puis retomber dans l'anonymat.

    BREVES#14

     

    « Une vie est tout ce que nous avons et nous la vivons comme nous croyons la vivre : Mais sacrifier ce que vous êtes et vivre sans foi est un destin plus terrible que la mort. » De nos jours la citation de Jeanne d'Arc est un mantra empli de sagesse. Au Moyen-Age, ces paroles étaient blasphématoires, insultantes parce que trop en avance sur leur temps. Pour « dark ballet » L'artiste lgbt Mykki Blanco interprête la pucelle tout en suppliques et en émotions (très bon comédien qui se donne à fond pour un clip-vidéo, chapeau!) dans une version musclée, tatoué et plus contemporaine ; le décor est une arène, symbole de lutte et de mise à mort dans l'Antiquité, mais là les fauves sont des représentants religieux. Loin derrière dans le cortège funeste apparaissent des femmes, veuves ? Mères ? Leur visage sont fermés mais parfois de micro-expressions laissent deviner leur souffrance face au condamné à mort... Et s'il/elle était innocent ? Seul moment du clip où l'on voit Madonna par ailleurs, dont le visage est recouvert d'un voile noir. Tout du long on suit le couloir de la mort qui mène aux flammes avec des flashforward çà et là. L'interlude « casse-noisette » est un souffle d'air frais (c'est le cas de le dire) dans cette descente aux enfers ; une dernière danse du condamné. Il est Jeanne d'Arc mais il est noir, gay et artiste et on le brûle aussi pour ça, sous les rires de la foule ! Parce que extrémistes, non-informés ou tout simplement idiots. Madonna prouve une fois encore son incroyable créativité dans une mise en scène poétique et historique, dénonçant magnifique tout les ostracismes. Elle-même aurait pu jouer le rôle-titre mais a préférée humblement se mettre en retrait laissant aux autres le soin d'être mis en lumière, parce que le sujet est trop grave et le message trop important pour juste donner au monde une « nouvelle-vidéo-de-Madonna». elle a compris qu'il fallait parfois ne pas se montrer pour mieux montrer ! L'épilogue de ce ballet sombre tient en une phrase, celle de Mykki Blanco, l'homme blessé qui a vécu dans sa chair toute l'injustice et les briades qu'il dénonce : aucune transgression contre moi n'a été aussi puissante que l'espoir que je porte en moi ».

     

    Une nouvelle vidéo (pour ainsi dire une vraie vidéo) de « i rise » vient d'être mis en ligne ; sorte de docu-choc mettant en scène le peuple, tout les peuples de toutes nationalités, origines sexuelles ou classes sociales. Des opprimés d'Afriques à qui on amène de la nourriture, des réfugiés politiques aux actions para-militaires, des blessés de guerre aux femmes défilant pour leur indépendance... Le message et fort, univrsel mais aussi hélas répétitif. Souvenons-nous sur les écrans géants des précédents shows de Madonna, la chanteuse a déjà dénoncé l'horreur, preuve en est que rien ou peu de choses changent, l'oppression n'est pas finie. Il faut continuer à se battre pour nos droits mais aussi être dans la résilience, le pardon et l'amour du prochain. Levons-nous ! Emma Gonzales survivante de la tuerie terroriste au Stonewan Douglas High School est un pilier de ce combat, après les atrocités, des centaines d'étudiants descendus dans les rues contre l'usage d'armes. Aux USA l'usage des armes à feu est monnaie courante dans les familles depuis toujours. Association « never again » est en soi une mini-révolution, un changement total des mentalités, et c'est une fois encore cette jeunesse qu'on essaie de faire taire, qui se lève et réagit la première. Le clip-vidéo de « god control » en est le témoignage direct mais aussi l'acte 2.

    BREVES#14

     « l'histoire que vous allez voir est très perturbante ; elle montre des scènes de violence avec des armes à feu. Mais ça arrive tout les jours ! Et il faut que ça cesse! »

    New-York, 2h10 du matin. Dans un appartement, la radio diffuse l'information relatant une tuerie dans le célèbre club Globe du centre-ville. Plusieurs portraits au mur dont un de Frida Khalo. Un 33T est lancé sur la platine ; Madame X est assise à sa machine à écrire et tape son article se remémorant la tragédie, brouillon après brouillon elle est en larmes, choquée, ne sachant pas ni comment ni quoi écrire.

    Un choeur d'enfants vêtus de rouge, l'allée centrale d'une église où sont alignés des cercueils à n'en plus finir.

    Le clip relate l'horreur en remontant le temps dans la première partie. A partir de la seconde moitié de la vidéo, on peut voir des images d'actualité comme celles que l'on voit tout les jours dans les journaux télévisés aux USA en ce moment ; des manifestations contre les armes à feu. Le clip se clôture avec Madame X en larmes face caméra, qui retire ses lunettes et verse des larmes.

     

    Et puis ces deux mots répétés at lib « wake up » / « réveillez-vous »

    ...Un clin-d'oeil totalement hors-sujet, lorsque Madonna arrive en boite de nuit entourée de sa cour, elle retire son chapeau pour le poser sur la tête d'un jeune homme à sa droite ; la scène est directement calquée sur le clip "music" en 2000, il y a 19 ans !!

    BREVES#14

     

    Franck Schweitzer


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :