• BREVES#16

     

     Mamy est en pleine répétitions du Madame X Tour depuis plusieurs semaines ; j'allais dire d'où son silence médiatique mais c'aurait été de mauvaise foi. Car cela faisait longtemps qu'on avait pas eu une promo aussi intensive ; presque chaque jour une interview, une émission télé, les clips vidéos qui s'enchaînent les uns derrière les autres. Finalement tout s'enchaîne très bien ; le premiers mois étaient consacrés en un premier bloc, à la promotion de l'album, puis uniquement aux répétitions du Tour 2019/2020. L'évènement qui fit le lien a été la prestation scénique à la Pride de New-York le 30 juin dernier, comme un avant-goût de tournée. Le truc après, c'est de patienter presque tout l'été jusqu'à la première date du Madame X Tour le 12 septembre prochain. Voyons plus en détails, ce mini-show de New-York devant un public tout acquis à sa cause ;

     

    VOGUE : choré et mise en scène approximative à mon sens, une mise en scène éparpillée à la va-vite, alors qu'elle nous avait habitué à chaque fois à un travail au millimètre sur cette chanson. L'entrée est trop minimaliste et pas à la hauteur ni de la chanson « vogue » ni d'une arrivée sur scène. Seul les notes jouées au piano en parfaite synchro avec l'intro est vraiment bien vu ; ce qui permet de réinventer une fois de plus ce morceau légendaire des années 90.

     

    AMERICAN LIFE est raté en grande partie et c'est bien dommage ; Madonna oublie sa guitare, s'emmêle dans les paroles, quant à la fin, elle est surjouée avec des fuck it à n'en plus finir ! Heureusement que le message politique Liberté VS répression est clair. Cependant la bonne humeur de mamy tient en haleine le public.

     

    SPEECH & CHANGEMENT DE CHAUSSURES ; cette séquence donne un moment décalé et drôle, et un échange avec le public très sympa et authentique.

     

    C'est GOD CONTROL qui sauve le show avec un public surexité dès les premières mesures ; les pas de danse sont bienvenus entre Madonna et ses 'boys' ; on retrouve quelques-danseurs grimés en flics, évoluant sur la scène ; prenant cette dernière comme une tribune où la liberté d'expression et l'autorité se tirent la bourre. Une vision clairement simpliste et manichéenne, car l'on sait que dans la vraie vie, c'est plus compliqué que ça.

    Le show se clôture sur I RISE (ça vous étonne?), après des salutations et un message de tolérance délivré, tout ce beau monde sort de scène à la file indienne avec Madonna en tête, et en backdrop, la drapeau arc-en-ciel qui flotte, et O surprise ! Un feu d'artifice dont le timing est parfaitement chronométré, vient conclure sous les hourras de la foule.

     

    En élève disciplinée, Madonna a ensuite donné des nouvelles exclusivement depuis son réseau social préféré : A compté du tout début juillet, le compte instagram de la star fourmille de photos, gifs et petites vidéos la montrant en répétitions, seule ou accompagnée de ses enfants, son staff, ses choristes, ses danseurs... et à chaque post, un indice sur ce que va être les concerts à venir ; on peut déjà imaginer l'ambiance feutrée, chaleureuse et familiale. Une mise en scène avec des chaises, un choeur de femmes noires dont l'harmonie des voix s'accordent magnifiquement, de la trompette et du djembé pour ce qui est des instruments, une machine à écrire, plus qu'un accessoire, un fil rouge au personnage d'agent secret que la chanteuse à créé. Petit spoil sur les titres travaillés ; « human nature » et « rescue me » (ooh oui oui!!) ; mais aussi « Vogue » et « like a prayer » (il fallait s'y attendre) ; l'étonnante présence de « easy ride » ; et dans les titres du dernier album « crave », « crazy », « medellin », « future », « batuka ».

    et toujours de petites scènes de vie tantôt attendrissantes tantôt insolites ; Mercy qui feint de boire de l'alcool dans un gobelet ou encore Madonna, aiguille à la main qui recout la maille de ses bas résilles.

    Un dernier mot concernant la single Batuka (dernier single pour promouvoir l'album visiblement) ; superbe message et images du clip ; mais à mon sens mauvais choix de single et pas indispensable. On en avait assez avec les précédents qui illustrent très bien ce nouvel opus de Madonna. Prenons « batuka » comme un message d'espoir culturel et d'amour, plutôt que le clip d'une chanson : l'Orquestra de Batukadeiras est un choeur de femmes originaire du Cap-Vert.

     

    Toujours sur instagram, Madonna raconte avoir découvert ces femmes rire et danser. « elles ont l'énergie et la passion. Je suis allée à leur rencontre dans un endroit perdu au milieu de nulle part. Il y avait un cercle de femmes assises sur des chaises et elles ont commencé à jouer toutes ensemble ». Touchée par cet amour de la musique, Madonna les a invitées sur "Batuka", qu'elle décrit comme « un jeu de questions-réponses » : « On s'est retrouvé tous ensemble dans une même pièce et l'a enregistrée en live. Mes enfants étaient là et chantaient avec elles. C'était une célébration totale de la vie ».

     

    Je devine sans trahir qui que ce soit, qu'elles vont participer au Tour 2019/2020 sur plusieurs dates. L'intimité et la proximité que procure un théâtre est le lieu idéal pour faire résonner les voix et les instruments. Je subodore une expérience unique et chargée en émotions. J'ai hâte d'être au Grand rex !

     

    Aah oui au fait, HAPPY B.DAY MADONNA !!

     

     

     

    Franck Schweitzer


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :