• comparatif d'un duo improbable : DIONYSOS vs MADONNA

     
     
     Il est des rencontres inattendues et originales qui mériteraient d’êtres vécues tellement elles sont passionnantes mais celle que j’ai décidé de vous exposer ne se fera jamais puisque qu’il s’agit de celle d’une icône mondiale de la musique et d’un dieu de la mythologie grecque : Madonna et Dionysos ! oui oui c’est tout à fait sérieux, ce n’est en rien un délire d’auteur illuminé !! Pourquoi ces deux-là me direz-vous et surtout comment en suis-je venu à faire un travail au sujet de ces deux-là précisément ? l’envie de se faire se confronter deux mondes que tout oppose et dont personne ne soupsonnerait le moindre parrallèle ; l’envie peut-être aussi de faire un article de fond (pour une fois) sur la chanteuse américaine et de l’additionner à des connaissances basiques de filosofia et de mythos.
     
    Voilà pour l’introduction, mais entrons dans le vif du sujet en dressant un bref portrait des nos deux intéressés : Dyonisos est un jeune homme enjoué, imberbe, une longue tresse blonde aux reflets d’or surmontées de cornes, symbole de la jeunesse éternelle. Surnommé « liber » (libre) et « bromius » (bruyant) il connait une enfance difficile, rejeté par les uns et malmené par les autres, capturé par des pirates auxquels il parvient a échapper en usant de stratèges, même en grandissant il devra lutter contre ceux qui refusent de l’accueillir et de le reconnaître comme un dieu. Considéré comme le dieu de la folie (mania) que provoque le vin, cadeau des dieux aux hommes, les Bacchantes célèbrent ainsi le culte libre et joyeux où on se laisse aller à la danse, musique et boissons.

    Madonna icône et pop star planétaire depuis bientôt 30 ans blessé dans la chair quand petite fille elle perd sa mère, se jure de mordre la vie à pleines dents, de combler cet amour maternel par celui de millions de personnes et ce, par tout les moyens. Elève douée et précoce, elle manifeste très tôt des dons pour le chant et la danse, sa rage de vaincre la conduira à se faire quelques ennemis dans le métier et dans la presse à scandales. Le seul domaine qui lui résiste est le cinéma, elle se battra là aussi sans vraiment réussir à percer, tous refusent de la reconnaître comme une grande actrice. On parle aussi de « madonna-mania » lorsqu’on assiste à la horde de ses fans hystériques à chacunes de ses apparitions publiques, à la première période de sa carrière, les wanabees devenus fans et collectionneurs célèbrent également son culte au travers de fans-club, sites internet et autres soirées à thèmes, le point commun le plus flagrant avec Dionysos étant peut-être le fait que Sylvio Ciccone, paternel de Madonna, possède un domaine viticole et en est le propriétaire !!

     

     

    Dionysos est sans cesse entouré ou accompagné systématiquement, beaucoup de monde plus ou moins influents évoluent à ses côtés et punissait tout ceux qui n’obéissait pas à son culte ; à l’égal de Madonna, la chanteuse a toujours s’entourer des plus grands producteurs de la scène musicale, designers, photographes pour glorifier son image et la faire entrer dans la légende. Elle non plus, n’hésite pas à « zapper » assez facilement celles et ceux dont elle ne parvient pas à diriger comme elle le voudrait ou sur un simple désaccord, Madonna a pu se montrer rancunière, garce, vile, intransigeante, parfois même hypocrite diront certains… Jusqu’à son propre frère Christopher dans son livre « ma sœur, la femme la plus grande star du monde » aux éditions du Toucan qui n’hésite pas en toute objectivité à critiquer la reine sur son caractère. Madonna aurait pu interdire la sortie de ce livre mais elle ne l’a pas fait, c’est dire à qu’elle point tout est fait dans le but de servir son image. Par ailleurs, elle a contribué aussi à faire connaître des nouveaux talents de tout milieux confondus. Là où le dieu grec a conquis les Indes, terre d’accueil et d’espoir pour beaucoup, Madonna a su conquérir le monde et changé les mentalitées.

    Autre point commun et de taille : dans le mythe, on sait que Dionysos se transforme en lion pour aller combattre les géants. Madonna née le 16 août est du signe du lion et les géants peuvent très bien être apparentés aux géants de la presse à scandale aux USA et en Angleterre qui sont une véritable institution et ont énormément d’impact sur l’opinion public, on ne compte plus les bras de fer, les démélés et les scandales médiatico-éditorialistes dont Madonna a tour à tour été la victime ou l’instigatrice… en est toujours sortie gagnante au final. A ce jour combien de détracteurs sont près à lui reconnaître du talent et à l’encencer, ceux qui il y a encore 15 ans, la trainait dans la boue et faisaient courir sur elle, les pires rumeurs…

     

     

    D’antan, il était de tradition bacchique, d’organiser d’immenses orgies ou l’ivresse mêlé au sexe faisaient les soirées de la Grêce antique, les femmes de Dionysos s’y promenaient nues, étaient indécentes et vulgaires, quant aux hommes la plupart du temps se travestissaient et s’adonner aux plaisirs homosexuels ou bisexuels.  Madonna a longtemps construit sa légende autour de la provocation, mélant la religion au sexe, elle laissait entendre qu’elle aimait aussi bien les hommes que les femmes. A l’apogée de sa carrière que ce soit dans le documentaire « true or dare » ou dans le tryptique « Justify my love-SEX-Girlie Show » de sa période faste 1990 à 1993, la chanteuse étaient soumise à deux punkettes et semblait y prendre un certain plaisir, embrassait à pleine bouche la top-modèle Naomi Campbell, mimait la fellation sur une bouteille de coca ou encore simulait une partouze sur scène avec ses danseurs et choristes. Le scandale par le sexe fut longtemps sa marque de fabrique, au-delà des mots et des images, ce domaine a toujours dominé dans un monde fait par l’homme pour l’homme… et qu’une femme empiète sur ce terrain-là en y apportant sa dose de sex-appeal assumée, use de ces règles-là en tant qu’objet marketing tout en faisant tourner l’économie : là était le véritable scandale pour beaucoup, à ce moment-là on l’a boycotté, censuré, traitée de tout les noms d’oiseau mais n’empêche sa démarche a toujours été savamment et intelligemment calculée si bien, qu’à force de changer son image et de racheter une conduite, elle a pu rebondir et regagner confiance et légitimité auprès du grand public et de la majorité des médias internationaux.

     

    Pour finir avec les frasques de Dionysos, nous savons également que son père, Zeus –le dieu des dieux- avait un pouvoir sur tous les fils et que le comportement de Dionysos a entrainé ses foudres au sens propre du terme. Sylvio le père de Madonna lui non plus n’approuvait pas du tout le comportement outrancier et blasphématoire de sa star de fille, tout deux ont étés assez souvent brouillés d’ailleurs mais l’amour fraternel plus fort que tout, a fait les réconcilier.

    A tout ces parrallèles il y en a un seul d’évident : Dionysos est un homme, Madonna une femme mais qui revendiquait quand même son côté masculin, lorsque adolescente elle jalousait ses frères qui pouvaient « pisser debout »… Ils étaient tellement plus libres disait-elle... Madonna –mythe vivant- a acquis cette liberté a force de travail et de courage, et comme son égal masculin le dieu Dionysos, des siècles ou des décennies après, de leur légendaire épopée, on s’en souviendra encore.

     

    Franck Schweitzer.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :