•  


    votre commentaire
  •  

     
     
     
     
    Long Box double-CD "Celebration" accompagné de son carnet promo à spirales
    Japon, 2009.  Côté à 50€

     
    CELEBRATION cdr promo France
    référence : cel-promofranceremixes
    price : 45,- €

    votre commentaire
  •  

     
     Vídeo montaje, homenaje a Michael Jackson
     
     
     
    Madonna avait rendu un dernier hommage sous forme de discours, lors des MTV Awards 2009 :

     « Michael Jackson est né en août 1958. Moi aussi. Michael Jackson a grandi dans une banlieue du Midwest. Moi aussi. Michael Jackson avait 8 frères et soeurs. Moi aussi. À 6 ans, Michael Jackson est devenu une super star et sans doute l'enfant le plus aimé du monde. À 6 ans, ma mère est morte. Je crois que c'est lui qui a eu le moins de chance. Je n'ai pas eu de mère mais lui n'a pas eu d'enfance. Et quand il vous manque quelque chose, cela vous obsède. J'ai passé mon enfance à chercher des signes de ma mère. Parfois j'en trouvais. Mais comment recréer son enfance quand le monde vous observe à la loupe ?


    Il est indéniable que Michael Jackson était l'un des plus grands talents que le monde ait jamais connu. Que, quand il chantait du haut de ses 8 ans, il pouvait, avec ses mots, vous toucher au coeur comme un adulte. Que, quand il bougeait, il avait l'élégance de Fred Astaire et le punch de Mohamed Ali. Que sa musique avait ce supplément de magie inexplicable qui ne vous donnait pas seulement envie de danser mais vous faisait vraiment croire que vous pouviez voler, oser rêver, être tout ce que vous aviez toujours voulu être. Car c'est cela que font les héros, et Michael Jackson était un héros.  Il s'est produit dans les stades de foot du monde entier, il a vendu des centaines de millions de disques, il a dîné avec des premiers ministres et des présidents, les filles tombaient amoureuses de lui, les garçons tombaient amoureux de lui, tout le monde voulait danser comme lui. Il semblait d'un autre monde, mais c'était un être humain.

    Comme la plupart des artistes, il était timide et manquait de confiance en lui. Je ne peux pas dire que nous étions de grands amis, mais en 1991, j'ai voulu mieux le connaître. Je lui ai proposé de sortir dîner. J'ait dit : "C'est moi qui invite, je conduirai, juste toi et moi." Il a accepté et il est venu chez moi sans gardes du corps. Nous sommes allés au restaurant avec ma voiture. Il faisait nuit dehors, mais il portait des lunettes noires. Je lui ai dit : "Michael, j'ai l'impression de parler à une limousine, tu ne pourrais pas enlever tes lunettes pour que je puisse voir tes yeux ?" Il ne dit rien pendant un moment, puis il jeta les lunettes par la fenêtre, me fit un clin d'oeil en souriant et dit : Tu peux me voir maintenant ? C'est mieux ?". À ce moment, j'ai pu voir sa vulnérabilité et son charme. Le reste du dîner je n'ai fait que le pousser à manger des frites, boire du vin, prendre un dessert et dire des gros mots. Des choses qu'il ne semblait pas s'autoriser à faire en temps normal. Plus tard nous sommes rentrés chez moi pour regarder un film sur le canapé comme deux enfants. Pendant le film, il bougea sa main et prit la mienne. Il me semble qu'il cherchait plus une amie qu'une histoire d'amour. Et j'était contente de lui apporter ça. À ce moment, il ne se voyait plus comme une star, mais comme un être humain.

    Nous sommes sortis ensemble plusieurs fois et puis, sans raisons, nous nous sommes perdus de vue. Puis, la chasse aux sorcières a commencé, et les affaires sur Michael se sont succédées. J'ai ressenti sa douleur, je sais ce que ça fait de marcher dans la rue et d'avoir le sentiment que tout le monde est contre vous. Je sais ce que ça fait de se sentir impuissant et incapable de se défendre parce que la clameur du lynchage est si forte que vous pensez que votre voix ne pourra jamais être entendue. Mais moi, j'ai eu une enfance. J'ai eu le droit de faire des erreurs et de trouver mon chemin dans ce monde, sans être sous le feu des projecteurs.

    Quand j'ai appris la mort de Michael, j'étais à Londres, à quelques jours du début de ma tournée. Michael devait se produire dans la même salle que moi un semaine plus tard. Ma première pensée fut que je l'avais abandonné, que nous l'avions abandonné. Que nous avions laissé s'échapper cette créature magnifique qui un jour avait embrasé le monde. Alors qu'il essayait de construire une famille et de relancer sa carrière, nous étions tous en train de juger. La plupart d'entre nous lui ont tourné le dos. J'ai désespérément voulu m'accrocher à son souvenir, alors je suis allé sur internet regarder des vieux clips où il dansait et chantait à la télé et sur scène et je me suis dit : "Mon Dieu. Il était tellement unique, tellement original, tellement rare, il n'y aura plus jamais quelqu'un comme lui."

    C'était un roi. Mais c'était aussi un être humain. Nous sommes tous des êtres humains et parfois nous avons besoin de perdre les choses avant de réaliser à quel point nous y tenions. Pour terminer positivement, sachez que mes enfants de 9 et 4 ans sont fous de Michael Jackson. C'est un festival de "mains entre les jambes" et de "Moon walking" chez moi. Il semble que toute une nouvelle génération d'enfants découvre son génie, et le ramène ainsi à la vie. Où que soit Michael à cet instant, j'espère que cela le fait sourire. Oui, Michael Jackson était un être humain, mais putain, c'était un roi ! Longue vie au roi. »


    votre commentaire
  • madonna-fuck-you
    ragots / rumeurs / intox / démentis / procès
    rumors, disinformation, gossips

    votre commentaire